Mémoires d’avenirs | Brest


Une contribution de Prandi Sylvain

Présentation

Le Fil de l’Épeule, comité de quartier, est une association d’habitants œuvrant pour le “ faire ensemble ”.

L’activité d’accueil, d’écoute, d’orientation et d’accompagnement des habitants est la clé de voûte du comité de quartier. L’association bénéficie d’une permanence d’accueil des habitants et d’un écrivain public pour l’accès aux droits, la médiation et l’accompagnement sociaux.

Soutenu par la Ville de Roubaix, le Fil de l’Épeule est en convention pluriannuelle d’objectif autour de quatre axes majeurs : les permanences, le cadre de vie, la gouvernance et le relais des initiatives municipales.

Par ailleurs, différents projets sont générés et mis en œuvre, dans le souci permanent de favoriser l’utilisation, la participation et l’implication d’habitants du quartier.

Mémoires d’avenirs favorise l’expression des habitants, dans le cadre général du nouveau plan national de rénovation urbaine – NPNRU.

Le projet d’espace numérique a pour ambition de faciliter l’accès aux technologies de la communication face à la dématérialisation des services publics.

Enfin, un partenariat opérationnel et actif avec la Fondation Abbé Pierre, le Secours catholique, les Restos du Cœur et ATD Quart Monde développe un programme autour des questions liées à l’habitat et au mal logement, le Fil de l’Épeule portant plus particulièrement les questions relatives aux relations et à la médiation entre les bailleurs privés et leurs locataires.

Description du projet

Mémoires d’avenirs a été initié par l’association Le Fil de l’Épeule, afin d’apporter une contribution et la participation d’habitants au programme de rénovation urbaine à venir sur le quartier.

Dans son principe général, Mémoires d’avenirs propose de partir des transformations de l’urbain – habitat, commerce, espaces publics et collectifs, événements, équipements publics… - d’hier à aujourd’hui, afin de mieux projeter l’aujourd’hui vers demain.

Le projet a pour effet de questionner les populations sur la façon dont elles ont, au cours des dernières décennies, utilisé la ville, l’ont changée, comment elles se sont saisies de l’habitat pour le transformer.

L’influence des immigrations est, dans ce contexte, remarquable. Notamment, les populations originaires d’Afrique du Nord ont largement investies la ville, par le rachat de maisons, pour en faire leur résidence principale, mais également en se constituant un patrimoine immobilier parfois conséquent.

Travaillant en réseau et dans une logique de co-construction, Mémoires d’avenirs s’articule en trois axes :

  • Les ateliers mémoire ont pour vocation de récolter l’histoire vivante auprès des habitants des quartiers.

  • Les boites à chaussures reposent sur la collecte d’images personnelles et familiales, inscrites dans l’espace public. Il s’agit d’interpeller et de mobiliser des habitants du quartier (et d’ailleurs) pour ouvrir leurs albums de familles et autres cartons pour en extraire des photographies “ d’époque ”. Le thème central en est les événements familiaux et collectifs, et plus particulièrement les cérémonies : mariages, baptêmes, enterrements, fêtes locales…

  • Habitants habités mène un travail en profondeur auprès des habitants afin de les interroger sur leur espace d’habitation. Ce volet s’intéressera plus particulièrement à la façon dont ils se sont saisis de l’habitat, l’ont transformé, l’ont fait évoluer, l’ont adapté aux contraintes de vie et au “ confort moderne ”. Une écrivaine et une vidéaste viennent traduire de manières littéraires et artistiques les propos recueillis au sein de groupes de parole.

DATE DE MISE A JOUR : 29/06/2018

0 Commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

Post new comment

12 + 7 =

Comments