Un nouveau rapport au vote

Rubrique presentation : 

Les abstentionnistes ne forment pas un groupe homogène, tout comme leurs motivations. Les travaux menés sur l’abstention attestent ainsi de sa diversité. Ainsi il est possible de parler de l’abstention comme la conséquence d’un manque d’intégration sociale (Lancelot, 1968), des inégalités culturelles et de la ségrégation politique qui en découle (Gaxie, 1993) ou en privilégiant les facteurs politiques (Subileau, Toinet, 1993). Ces travaux s’accordent sur un point, celui de l’intermittence de l’abstention. L’augmentation de l’abstention correspond en premier lieu à une plus grande volatilité du vote et à l’effritement des fidélités partisanes.
Différencier les motivations abstentionnistes permet de rejeter l’idée selon laquelle l’abstention ne forme qu’un bloc homogène, qui pourrait qui plus est être amalgamé avec le vote protestataire. Pour une moitié des abstentionnistes, leur choix est fondé sur une critique de l’offre politique et des notions de gauche et de droite, mais aussi par une relation plus distante à certains scrutins qui deviennent des élections de second rang.