-A A +A
Comité du 17 octobre

RAPPELS HISTORIQUES

 

Journée Mondiale du Refus de la MisèreComité du 17 octobre de RoubaixJOURNÉE MONDIALE DU REFUS DE LA MISÈRE
Comité du 17 octobre de Roubaix

 

Une dalle à l'honneur des victimes de la misère,

une journée mondiale du Refus de la Misère

"Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l'homme sont violés.
S'unir pour les faire respecter est un devoir sacrés." (Joseph Wresinski)

   

 

Une première dalle au Trocadéro à Paris

C'est sur le parvis des droits de l'homme et des libertés, au Trocadéro à Paris et en présence d'environ 100.000 personnes, que le  père Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, inaugure la dalle en l'honneur des victimes de la misère où figure cette inscription : "Le 17 octobre 1987, des défenseurs des droits de l'homme et du citoyen de tous pays se sont rassemblés sur ce parvis. Ils ont rendu hommage aux victimes de la faim, de l'ignorance et de la violence. Ils ont affirmé leur conviction que la misère n'est pas fatale. Ils ont proclamé leur solidarité avec ceux qui luttent à travers le monde pour la détruire."

Le 22 décembre 1992, à l'initiative du Comité pour la Journée Mondiale du Refus de la Misère regroupant de nombreuses personnalités internationales, le 17 octobre est proclamé "Journée Internationale pour l'élimination de la pauvreté" par l'Assemblée Générale des Nations Unies.

Depuis cette date, le 17 octobre de chaque année, les plus pauvres et tous ceux qui refusent la misère et l'exclusion se rassemblent dans le monde entier afin de témoigner de leur solidarité et de leur engagement pour que la dignité et la liberté de tous soient respectées : ainsi est née la Journée Mondiale du Refus de la Misère.

Un logo dédié à cette journée

Journée Mondiale du Refus de la Misère

Des répliques de la dalle en France et dans le monde

La dalle du père Joseph Wresinski a progressivement essaimé à travers le monde. En octobre 2010, on compte 38 répliques dont l'une apposée sur le parvis du Parlement Européen à Bruxelles et une autre dans le hall du Bureau International du Travail à Genève.

En France, treize villes possèdent une réplique de la dalle dont la dernière installée, le 17 octobre 2010, à Soissons.

Liste des répliques en France :
Marseille (Place de l'Espérance), Laval (parvis des droits de l'homme), Reims (portail nord de la Cathédrale), Metz (pont Saint Georges), Roubaix (parvis de la médiathèque), Toulon (mur de la faculté de Droit), Somain (Place de la Mairie), Strasbourg (siège du Conseil de l'Europe), Besançon (centre ville), La Flèche (place du marché), La Garde (place des Libertés), Nogent-le-Rotrou (centre ville), Soissons (parvis de la Cathédrale).

 

Installation d'une réplique de la dalle à Roubaix,

genèse du Comité du 17 Octobre roubaisien

En 1987 et à l’initiative du sénateur-maire de Roubaix, André Diligent, qui était présent lors de l’inauguration de la dalle du père joseph Wresinski à Paris, un projet d’installer une réplique de cette dalle à Roubaix fût proposé.

Pour décider de l'emplacement idéal, un premier Comité du 17 Octobre se forme en 1987 à Roubaix, autour de militants d’ATD Quart Monde Nord Pas-de-Calais, de Roubaisiens, de diverses structures locales (le centre social du Fresnoy Marquellerie, le Nautilus, le centre social des Trois Ponts, le Conseil de vie locale du CAL PACT, l’association les Petits Frères des Pauvres, l'Univers, le CCAS, la Médiathèque, la Maison des Associations, la Condition Publique, le musée La Piscine) ainsi que des services de la Ville de Roubaix. Ce premier collectif exprime alors la volonté de voir la dalle installée non loin de la médiathèque, pour montrer que le savoir est ce qui permet aux gens d'entrer en dialogue avec les autres, de devenir un citoyen ; et non loin de la Mairie, lieu de citoyenneté de tous. Le choix du parvis de la médiathèque est donc décidé.

Dalle du parvis de la Médiathèque de Roubaix

A cette époque, ce Comité se réunissait au moins quatre fois par an, à la Maison des Associatons, autour de Jean Paul CROLOT, qui animait les réunions, et Marie Geneviève Lecluse pour la Ville de Roubaix. L’objet de ces réunions était alors axé essentiellement sur la préparation de la journée du 17 octobre dont le rassemblement, autour de la dalle, constituait un point de ralliement pour toute la région Nord-Pas-de-Calais. C’est ainsi que des bus arrivaient de toute la région pour permettre aux visiteurs d’assister à la cérémonie de commémoration organisée à Roubaix.

Lorsque la journée du 17 octobre fût instaurée « Journée Mondiale du Refus de la Misère » par l'ONU le 22 novembre 1992, ce rassemblement s'étendit au-delà d'ATD Quart Monde. Ainsi toute personne ou structure qui oeuvre pour la lutte contre la pauvreté et l'exclusion pouvait se saisir de cette journée pour organiser quelques actions.
Dès le départ, le Comité du 17 Octobre ne devait pas être constitué uniquement d'acteurs sociaux. Il était important que les acteurs culturels soient présents. Ainsi le Conservatoire de Roubaix, ses élèves et ses professeurs, ont participé au rassemblement autour de la dalle. Ils proposaient des intermèdes musicaux ou de la danse entre les témoignages.

Par la suite et dans les différentes villes de France, des groupes et des comités se sont crées pour cette journée. Des tentatives d'installer des répliques de la dalle, ou au moins d'afficher ce message, se multiplient dans différentes villes de France, mais aussi à travers le monde.